Le patrimoine parisien ne résume pas à ses monuments et à ses façades haussmanniennes. On oublie trop souvent le "7e étage de Paris", ces toits en zinc et en ardoise si photogéniques où certains Parisiens aiment passer leur soirée.

Delphine Bürkli, la maire UMP du 9e, veut rendre justice à ce patrimoine oublié du grand public. Elle déposera au prochain Conseil de Paris un vœu, déjà adopté dans son arrondissement le 15 septembre, visant à faire inscrire les toits de la capitale… Au patrimoine mondial de l'Unesco, ni plus ni moins. Selon nos informations, le vœu pourrait bien séduire l'exécutif et ainsi être adopté dans son principe en début de semaine prochaine.

Nouveaux usages

Le vœu, qui propose à Paris de présenter la candidature à l'Unesco, demande également que l'on "mette en place une stratégie patrimoniale" pour les toits, à la fois pour les "protéger" mais aussi pour les "mettre en valeur" dans leur dimension touristique. L'élue évoque notamment les nouveaux usages qui se développent sur les toits parisiens, "restaurants, bars, piscines" ou encore "points de vue".

Les toits avaient été évoqués lors de la campagne des municipales à Paris. La maire PS Anne Hidalgo a notamment proposé de végétaliser et de transformer en jardins près de 314 hectares de toits terrasses identifiés. Cela concerne, bien sûr, les toits plats de la capitale, et non les fameuses toitures en zinc inclinées qui font la marque de Paris. Dans la capitale, le classement au patrimoine mondial de l'Unesco a déjà été attribué aux rives de la Seine. Plus d'un millier de sites dans le monde ont obtenu ce classement.