De la capitale, de l'Essonne, de Loire-Atlantique… Les Parisiens ne sont pas les seuls à vouloir le maintien de la gratuité le 1er dimanche du mois au musée Louvre à en croire le département d'origine des derniers signataires de la pétition.

Ce dimanche, un mois après la mise en ligne par l'association Louvre pour tous de sa requête aux autorités, celle-ci revendiquait 3 000 signataires. Tous demandent le maintien de la gratuité un dimanche par mois, gratuité qui doit prendre fin dès avril prochain. La mesure a en effet été décidée par la direction du musée du Louvre en novembre 2013 et a été avalisée par le ministère de la Culture. La gratuité d’accès le premier dimanche du mois est maintenue pour la basse saison (octobre à mars) pour le musée le plus fréquenté au monde avec près de 10 millions de visiteurs par an.

Perdu d'avance ?

Pour l'association Louvre pour tous, "cette gratuité le premier dimanche du mois au Louvre est une rare réussite de cette démocratisation culturelle tant recherchée et tant vantée par les politiques de tous bords". Pour autant, il n'est pas certain que le ministère de la Culture comme le Louvre reviennent sur cette décision loin de là. Instaurée en 1996, la mesure répondait initialement, selon la direction du musée du Louvre, "à un objectif de démocratisation culturelle en faveur des visiteurs nationaux et à la nécessité de favoriser l’accès au musée des publics les plus éloignés des pratiques culturelles".

"Si cet objectif a été partiellement atteint au cours de la décennie, l’augmentation du nombre de visiteurs et le caractère particulier du Louvre en matière de fréquentation (70 % des visiteurs sont étrangers) a conduit à des phénomènes d’hyper-fréquentation (30 000 à 38 000 visiteurs par dimanche gratuit), avait expliqué début février la direction du Louvre. Cette hyper-fréquentation avait un impact négatif sur la satisfaction des visiteurs (file d’attente importante, qualité de la visite…) et sur les conditions de travail des agents du musée".

Le prix du billet d’entrée pour les collections permanentes du Louvre est de 12 euros (hors exonérations). Pas sûr qu'en ces temps de crise, tout le monde puisse se l'offrir.