Vous cherchez l'âme sœur ? Venez donc habiter dans la capitale. Selon une étude de l'Insee parue début janvier, à Paris, 51% des habitants de Paris sont déclarés comme "célibataires", soit, en théorie, 982.532 cœurs à prendre. Un record en Ile-de-France où la moyenne est de 42,4% (37,5% en France). Et bonne nouvelle messieurs, entre 20 et 24 ans, les femmes sont plus nombreuses à être célibataires : 33.000 contre 23.800 hommes. Un chiffre qui s'inverse un peu plus tard, avec 98.000 hommes de 25 à 39 ans non-mariés, contre 93.000 femmes.

En tout, 600.000 Parisiens vivent seuls dans leur logement, soit 26,7% de la population de la capitale, contre 15% des Franciliens et 14,2% des Français. Une situation qui vaut tant pour les actifs que pour les retraités. A Paris, la part des femmes de 15 à 49 ans vivant seules est deux fois plus élevée que la moyenne régionale (27 % contre 13 %). 

Une fois en couple, les Parisiens partent en banlieue

Un chiffre qui est globalement stable depuis les années 1990. "Paris a toujours représenté un potentiel attractif fort, explique Patrick Hernandez, responsable de la diffusion Insee en Ile-de-France. Beaucoup de jeunes de moins de trente ans débarquent dans la capitale, pour poursuivre leurs études ou commencer un contrat. Parmi eux, beaucoup sont célibataires."

Un chiffre qui ne surprend pas Valérie Fer, responsable France du site de rencontre eDarling France. "20% de nos clients sont des Franciliens", explique-t-elle. Pour cette spécialiste des rencontres en ligne, le célibat des Parisiens s'explique aussi par leur mode de vie. "Beaucoup de nos clients parisiens ont un niveau d'études élevé, une vie professionnelle très exigeante et prenante. Ils manquent souvent de temps pour rencontrer quelqu'un."

Des célibataires qui, une fois en couple, quittent la capitale. "Aux alentours de la trentaine, les Parisiens ont tendance à migrer dans la région pour emménager ensemble ou avoir leur premier enfant", détaille Patrice Hernandez. D'ailleurs, quand ils trouvent l'amour, les Franciliens ne chôment pas : l'Ile-de-France est l'un des régions les plus fécondes de France.