Sur le portail de la SNCF du 39, boulevard de la Chapelle, une pancarte : "Entrée interdite à toute personne étrangère au service". Un message affiché depuis longtemps sans doute mais qui a encore toute sa place aujourd'hui puisque c'est précisément à cette adresse que devrait ouvrir en novembre la première salle de shoot. C'est tout du moins l'objectif que s'est fixé le maire PS du 10e arrondissement, Rémi Féraud.

Un "Algeco sale"

Selon l'élu, "les travaux commenceront d'ici quelques jours". Les habitants du 37 et du 39, farouchement opposés au projet, ne sont pas dupes. "Des travaux ? La mairie n'a pas de permis de construire et il y a un recours au tribunal ! La salle de shoot pour l'instant, c'est cet Algeco sale situé entre les rails et les poubelles SNCF" commente Sybille, qui vit au 39.

Sur la façade de son immeuble comme sur celui du 37, le message est clair, pour la salle de shoot c'est "Non" écrit en grand et noir sur blanc. "Il n'y a pas eu de concertation, le maire fait un passage en force, ajoute Fazia, assistante maternelle de profession. Vous m'imaginez, avec les trois bébés que je garde, me retrouver en face de personnes droguées le soir à 21 heures ? S'ils viennent se piquer dans le hall, on fait quoi ?"

Entrée surveillée

Ni l'équipe de policiers supplémentaires dédiée annoncée par le maire Rémi Féraud mercredi dernier sur France Bleu 107.1, ni les éventuels "cartes d'abonnés" nécessaires pour pénétrer sur l'emprise SNCF qui accueillera la salle ne les rassurent. "Nous ne sommes pas contre une salle pour usagers, mais dans un hôpital, avec du personnel dédié" ajoute Sybille.

Leur opposition ne changera rien... a priori. "Si la salle n'ouvre pas en novembre, elle ouvrira avant 2014 " assure Rémi Féraud, qui précise qu'elle devrait être accessible aux 150 usagers quotidiens de midi à 21 heures environ.

Les promoteurs immobiliers sont déjà sur le coup. Plusieurs propriétaires auraient eu en effet la visite d'agents leur conseillant de vendre "avant que leur bien ne perde de la valeur".