C'est un véritable business que les trois femmes avaient mis en place et les bénéfices ont été conséquents. La semaine dernière, trois infirmières libérales soupçonnées d’escroqueries en bande organisée, vol et exercice illégal de la profession de médecin, ont été déférées devant le Parquet de Paris. L'escroquerie aurait été commise au préjudice d'au moins sept caisses d’assurance maladie et mutuelles. "Ces fraudes leur auraient permis d’engranger au moins 1 340 000 euros" indique la Préfecture de police de Paris (PP) qui a révélé l'information ce mardi soir.

Les personnes âgées visées

Selon l'enquête menée par la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA) "l’une d’elle se faisait rembourser des soins fictifs, non prescrits ou surfacturés à des personnes âgées". "Elle n’hésitait d’ailleurs pas à subtiliser à ces dernières leur carte Vitale pour établir des facturations à sa guise. Le cumul des soins ainsi déclarés aboutissait à ce que son activité journalière dépasse les 24 heures"  poursuit la Préfecture de Paris de Paris. De nombreux cas de doublons de facturation auraient ainsi établis avec ses deux collaboratrices. "Les facturations de celles-ci étaient aussi entachées d’irrégularités de cotation" précise la PP.

Les trois infirmières âgées de 46, 50 et 58 ans exerçaient dans un cabinet situé à Paris intra-muros. La Préfecture de Police de Paris n'a pas souhaité préciser dans quel arrondissement il était situé.