"Cette fois, ils ont tout bousillé..." Rémy Vialaret est dépité en constatant que les bougies, les fleurs et les messages de paix qui avaient été déposés place de la République en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher ont été saccagés.

LIRE AUSSI >> Charlie Hebdo : deux plaques commémoratives vont être posées à Paris

Depuis les attentats des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly le mois dernier, Rémy a rejoint le collectif fondé par Sabrina Deliry pour prendre soin de l’autel spontané mis en place en hommage aux victimes, place de la République. Ce collectif "apolitique et laïc", constitué de personnes de tous les âges, est intitulé "17 plus jamais" en référence aux 17 victimes de ces trois jours meurtriers. Ses membres, les quatre administrateurs de la page Facebook créée pour faire connaître leur action et une trentaine de bénévoles, se rendent régulièrement près de la statue de la place de la République. Le collectif, qui s’est fait connaître de la mairie de Paris et de la police, vient régulièrement "entretenir, plastifier, nettoyer, rallumer les bougies", avec l’accord des forces de l’ordre.

"Nous avons contacté la police"

Depuis plus d’un mois, l’endroit est devenu un lieu de souvenir et de recueillement. Des passants s’y arrêtent, lisent les messages. Mais tous n’ont pas la même bienveillance envers cet hommage aux victimes. "Lorsque nous venons nettoyer, nous voyons bien parfois des personnes vindicatives. Mais d'habitude cela ne va pas plus loin", explique Remy Vialaret.

Pourtant, trois fois déjà depuis environ deux semaines, le collectif a retrouvé l’endroit saccagé. "Jusqu’à présent, ça nous faisait mal mais on réparait". Dans la nuit de jeudi à vendredi, un quatrième saccage a eu lieu. Couronnes de fleurs arrachées, dessins déchirés, crayons balayés... "Cette fois, c’est trop", s'insurge Remy Vialaret. "Nous sommes écœurés. Nous avons contacté les services de police pour déposer plainte".

À LIRE AUSSI
>> Un mois après, l’hommage perdure place de la République
>> Des centres commerciaux parisiens menacés par des islamistes shebab