Anne Hidalgo avait promis aux Parisiens de ne pas augmenter les impôts. Mais pour créer les 200.000 mètres carrés de logements prévus, la maire de Paris compte bien se tourner vers les propriétaires de bureaux vacants. La piste d'une taxation, évoquée à plusieurs reprises par l'édile, devrait se confirmer dès le Conseil de Paris de lundi prochain, selon une information de 20 Minutes.

D'après le quotidien, la Ville compterait opter pour une taxe sur les "friches commerciales" qui existe déjà dans le code des impôts, utilisée à Lille mais pas encore à Paris. Le Conseil de Paris pourrait décider de la mettre en œuvre dès janvier 2015. Elle s'appliquera aux bureaux vacants depuis plus de deux ans. L'objectif, selon l'adjoint au Logement Ian Brossat interrogé par 20 Minutes, n'est "pas de lever des recettes supplémentaires mais de stimuler la transformation de bureaux en logements".

5 % de bureaux vacants à Paris

Pour un bureau inoccupé de 1.000 mètres carrés dans le 8e arrondissement, la taxe, progressive, serait de 23.500 euros en 2015, 35.325 en 2016 et 47.100 en 2017. De quoi faire réfléchir les propriétaires.

Cette recherche de bureaux vides concerne tout particulièrement le centre de Paris où, à la différence de certains quartiers périphériques, la construction de logements est impossible. Selon une étude récente du groupe DTZ, spécialisé en immobilier d'entreprise, près de 5 % des bureaux sont vacants à Paris. La taxe sur les friches commerciales est un impôt local mis en place sur décision de la commune ou d'un EPCI, sans déclaration puisque le redevable recevra directement son avis d'imposition. Elle ne s'applique pas en cas de contentieux en cours ou de redressement judiciaire.