Quand ciel dégagé rime avec air pollué. Depuis quelques jours, un grand soleil éclaire les journées de la capitale. Un temps qui serait idéal si l'atmosphère n’était pas remplie de particules fines. Une pollution extrêmement nocive, dont le seuil d'alerte a été dépassé depuis lundi à Paris. Quatre jours d'alerte consécutifs à la pollution, c'était du jamais vu depuis 2007.

Une situation favorisée par la météo particulièrement ensoleillée et froide de ces derniers jours. Car, sans vent ni pluie, les particules ne peuvent pas se disperser. L'air chaud du soleil de la journée écrase l'air froid de la nuit, ce qui bloque l'air nocif au-dessus de la ville. On en viendrait presque à souhaiter une bonne averse pour le week-end.

Eviter les promenades

Pour tenter de limiter les dégâts, les autorités ont mis en place des mesures d'urgence. Le stationnement résidentiel reste gratuit jusqu'à nouvel ordre et les déplacements des agents de la Ville en voitures et deux-roues motorisés sont suspendus. La préfecture de police (PP) a mis en place une opération pour inciter les poids lourds à contourner la capitale. Il est conseillé de limiter les efforts physiques et d'éviter les promenades avec les personnes fragiles (enfants, personnes âgées, asthmatiques…).

Seul espoir dans ce nuage de particules, Airparif a souligné dans un rapport sur l’évolution de la qualité de l’air à Paris entre 2002 et 2012 que "la qualité de l'air s’améliore depuis dix ans, même si les niveaux de pollution restent supérieurs à la réglementation". L'état d'alerte pourrait quant à lui être levé vendredi après-midi.