Mauvais exemple pour les délinquants qu'il arrête à longueur de temps. Fath-Edine Mankhar, numéro un de la police municipale de Poissy, dans les Yvelines, a été placé en garde à vue et écroué pour violences conjugales sur sa femme.

Ce vendredi, aux alentours de 14 heures, il est à son domicile de Carrières-sous-Poissy, lorsqu'une dispute avec sa conjointe dérape. Selon une source proche de l'enquête qui se confie au Parisien, Fath-Edine Mankhar aurait accusé sa femme d'infidélité avant de l'emmener dans le garage.

Un fonctionnaire "exemplaire"

Là, il lui passe les menottes, la bâillonne et lui coupe des mèches de cheveux. Parvenant à s'enfuir, la victime se réfugie chez une voisine qui appelle la police. Lorsque les forces de l'ordre interviennent, le mari suspect est chez lui. Il aurait immédiatement tenté d'expliquer son geste : "J'ai dépassé les bornes sous le coup de la colère" dit-il à ses collègues qui l'emmènent en garde à vue.

À présent confié à la brigade de protection de la famille de Viroflay, ce responsable d'une brigade de quarante personnes dans les Yvelines et père de trois enfants pourrait bien voir sa carrière largement compromise. Selon une source policière, il n'avait pourtant jamais fait parler de lui tant au niveau de la justice que chez son employeur, la ville de Poissy, où il dirige depuis 2011 la police municipale, l'une des plus importantes des Yvelines.

"C'est un agent réactif, professionnel, exemplaire", selon le maire UMP, Karl Olive, qui précise "n'avoir jamais entendu parler de comportement violent" chez ce policier. Son épouse travaille au service de l'État-civil, "c'est un agent lui aussi totalement exemplaire", a ajouté l'édile. Le policier a été suspendu de ses fonctions à titre conservatoire par arrêté municipal.