Vous annoncez ce mardi chez nos confrères de 20 Minutes le lancement d'un appel aux dons pour votre association "Les Z'amis de Frigide Barjot". Pouvez-vous nous en dire plus ?
L'objectif de cette association est de me donner les moyens, en me salariant, de pouvoir continuer à développer mes activités de porte-parole des Français. Ces fonds me permettront de continuer à avoir une existence dans le débat public. Il pourra aussi permettre de nous aider pour notre logement. Bien sûr, si jamais on est viré de notre appartement, il faudra bien que l'on trouve une location quelque part... Après la Manif pour tous, je n'ai pas d'autre revenu aujourd'hui...

Ces dons vous seront donc intégralement reversés...
A moi et à mon équipe constituée aujourd'hui de bénévoles. Je ne peux me financer avec l'argent de L'avenir pour tous, mon nouveau projet, car la réforme de la loi Taubira n'est pas un sujet aussi fédérateur que ça... Certains n'ont pas envie d'adhérer à L'avenir pour tous mais veulent m'aider moi. Beaucoup me disent : "Ton combat on s'en fout mais on veut que tu continues d'exister en tant que personne". Ils peuvent désormais le faire avec "Les Z'amis de Frigide Barjot". Cela permettra notamment mes déplacements, mes fournitures, la nourriture et notre appartement, notre duplex où il n'y a que trois chambres, pour nous quatre...

Quel "salaire" espérez-vous obtenir ainsi ?
Je n'en ai aucune idée, tout dépendra des dons de chacun. De la générosité de ceux qui veulent que Frigide Barjot continue d'exister... On va voir si les Français sont prêts pour soutenir cette personnalité que je suis, s'ils veulent qu'il y ait une liberté d'expression dans le débat public en dehors des partis politiques, en dehors des grands médias. Je veux faire vivre la démocratie.

Vos revenus étaient de combien jusqu'à présent ?
Je n'avais pas de revenu de particulier. Je touchais des droits d'auteur. Aujourd'hui, je gagne zéro, je n'ai pas de métier, vous voyez bien ! Les dons aux "Z'amis de Frigide Barjot" me permettront d'avoir un toit, de nourrir ma famille, de payer l'éducation de mes enfants qui sont à l'école publique et de pouvoir aller éventuellement de temps en temps en vacances. C''est pour notre survie. Aujourd'hui, nos ressources à moi et Basile sont infimes. Nous avons du vendre notre patrimoine...

Vous avez vendu votre 64m2 dans le 10e ?
Non, cet appartement est en travaux. Et si nous sommes expulsés, nous ne pourrons pas y aller pour plusieurs raisons, notamment parce que ce logement est trop petit... Quant au patrimoine vendu, il s'agit de mobilier, je n'en dirai pas plus... Ça nous regarde.

Quelles garanties auront les donateurs du bien-fondé et de la destination de leur contribution ? 
Il y aura un commissaire aux comptes ou un expert-comptable qui rendra compte de tout cela. Un avocat s'occupe actuellement du statut juridique et du reste. Il travaille notamment à ce que ces associations soient tout à fait claires et inattaquables.