Un an après la Manif pour tous et en plein débat sur la théorie du genre, l'opération n'est pas du goût de tous. Samedi dernier, comme chaque année, la maire UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine), Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a organisé une grande fête dans l'enceinte de l'Hôtel de Ville pour distribuer des cartables et des fournitures aux 4 500 élèves de primaire et de maternelle.

Nouveauté 2014 : les cartables étaient "bleus avec en cadeau un robot", pour les garçons et "rose avec des bijoux à créer", pour les filles, comme l'a relevé sur son blog l'élu MoDem Christophe Grébert. Consterné, ce dernier s'est empressé de dénoncer le"conservatisme" de son opposante et le "gaspillage répété" de la majorité.

150 000 euros à économiser au moins

Car selon le centriste, la fête, les cartables et leur contenu ont coûté 300 000 euros, prélevés sur la caisse des écoles, soit "de l'argent versé par l'Etat à la ville afin d'assurer - en principe - un bon fonctionnement des établissements scolaires". " Madame Ceccaldi-Raynaud est une dame de sa génération. Elle a une soixantaine d'années. Elle a le goût de son âge, de son époque. Elle aime le rose pour les filles et le bleu pour les garçons. Compte tenu de l'actualité, c'est un peu malvenu même si je ne suis pas sûr qu'il y ait une quelconque idéologie ou du militantisme derrière ça", commente Christophe Grébert, précisant toutefois que l'an passé, les cartables étaient noirs.

Bien plus que la couleur, l'élu regrette que l'argent soit ainsi jeté par les fenêtres. "4.500 sacs ont été commandés, 3.900 ont trouvé preneurs, mais combien d'écoliers vont les garder ?" s'interroge Christophe Grébert. Pour lui, "c'est sûr, les cartables vont tous finir au placard ou à la poubelle. Tout le monde sait que les enfants veulent choisir leurs sacs pour aller à l'école et que la plupart l'ont déjà acheté bien avant la rentrée."

Fournitures "oui", "enrobage" non

Interrogé sur l'importance, notamment en période de crise, de distribuer des fournitures gratuitement, Christophe Grébert précise qu'il n'a rien contre, au contraire. "Mais les cahiers, crayons et autres fournitures ne représentent que 150.000 euros de ce budget. Le reste a été dépensé pour l'enrobage : ces cartables bleus et roses ! C'est un peu cher non ? Et il ne faut pas être dupe, cette opération est purement marketing. Faire des cadeaux, c'est attendre un retour, un merci à la hauteur… C'est de l'achat de voix quoi ! ".

Réseaux sociaux ou téléphone, la maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud n'a pas réagi à la polémique. L'équipe municipale, notamment les différents adjoints concernés, n'a fait aucun commentaire sur le sujet.