Quel tracé pour la ligne 1 ? Longtemps reporté, le prolongement vers l'est de la ligne de métro la plus ancienne de Paris doit enfin voir le jour avant 2030. Avec trois stations supplémentaires entre le Château de Vincennes et Val de Fontenay (Val-de-Marne), la ligne 1 doit gagner environ 5 kilomètres de réseau. Si les points de départ du prolongement (station Rigollots à Vincennes) et d’arrivée (Val de Fontenay) sont actés, la station intermédiaire située à Fontenay-sous-Bois, qui déterminera le tracé, reste en discussion.

Un choix auquel riverains et futurs usagers sont invités à participer à travers une concertation publique ouverte depuis lundi et jusqu'au 10 janvier prochain sur internet ou lors de réunions publiques. Et les sujets de réflexion ne manquent pas, qu'il s'agisse des conséquences en termes d'offre de transport pour les quartiers concernés ou l'impact sur la vie quotidienne tout au long des travaux principalement souterrains.

Trois tracés aux profils différents

Concrètement, le premier tracé envisagé dessert le quartier des Grands Pêchers et serait celui transportant potentiellement le plus de voyageurs (112.000, contre 107.000 et 62.000 pour les tracés 2 et 3). Il serait également celui offrant à ses usagers le gain de temps le plus significatif en direction de la gare de Lyon, environ 15 minutes contre 35 minutes actuellement. A l'instar du deuxième tracé passant par la station Fontaine, ce dernier aurait son terminus en gare de Val de Fontenay Est, qui dessert déjà le RER A et E. Tandis que le troisième tracé, plus au sud, desservant la station Verdun, prendrait fin à la station Val de Fontenay Sud, à quelques centaines de mètres.

D'un coût d'environ 900 millions d'euros (hors matériel roulant), ce prolongement dont la gestion a été confiée au STIF et à la RATP, doit permettre de désenclaver des quartiers aujourd’hui mal desservis par le réseau de transport en commun. Outre les lignes A et E du RER, la future ligne 1 assurerait une jonction avec la ligne de tramway T1 et la future ligne 15 du métro entre Rosny et Champigny, prévu à l'horizon 2030.