Alors, réforme "catastrophique" ou "plutôt satisfaisante" ? Alors que les partisans et les détracteurs de la semaine de quatre jours et demi s'écharpent dans un contexte très politique, les résultats d'un questionnaire donnent satisfaction aux artisans de la réforme.

L'enquête rendue publique mercredi par la FCPE Paris, principale fédération de parents d'élèves, favorable à la réforme, a recueilli "plus de 1.000 réponses". Et, croit savoir l'organisation, "les parents parisiens ont tranché, par-delà les mises en scènes spectaculaires, les coups médiatiques et les refrains imposés par des intérêts individualistes ou politiques".

"Plutôt satisfaits"

Que disent les résultats ? Près de 70 % des parents considèrent que leur enfant est "plutôt satisfait des moments qu'il passe le mardi et le vendredi", jours des ateliers périscolaires. La même proportion juge que leur enfant a vu "un ou plusieurs de ses choix satisfaits" lors de l'attribution des ateliers. En outre, 96 % ont "constaté la disparition des situations d'insécurité" connues à la rentrée, lorsque des enfants se sont retrouvés dans la rue par erreur.

La dragée passe plus mal en maternelle, où 40 % des parents pensent que l'organisation doit être améliorée. De nombreux témoignages recueillis dans la presse ont fait état de la fatigue des plus petits, déboussolés par les changements d'horaires quotidiens.

Des animateurs qui manquent à l'appel

Au total, 10 % des parents signalent "de vrais dysfonctionnements", dont la carence d'animateurs ou des problèmes de coordination à la sortie des écoles.

Jugeant, à l'opposé, que la réforme a eu des effets "catastrophiques", le collectif de parents Prenons le temps pour nos enfants a relancé cette semaine une pétition exigeant un "moratoire", qui a recueilli près de 600 signatures. "La FCPE doit tordre dans tous les sens les résultats de son questionnaire pour trouver des motifs de satisfaction", assure le collectif, qui constate "la désorientation" des enfants, "de gros problèmes d'hygiène, de sécurité et de logistique". Un rassemblement avec les enseignants est prévu lundi soir devant l'Hôtel de Ville.