Lundi matin, aux alentours de 8h30, les forces de l'ordre établissent un périmètre de sécurité autour de la rue Saint-Dominique (7e), qui abrite de nombreux ministères : un incendie s'est en effet déclaré dans un salon de coiffure de la rue Augereau, qui est perpendiculaire. Mais, selon le Point.fr, un homme, au volant d'une Audi Cabriolet, force le barrage et grille un feu.

Poursuivi par la police, il est finalement arrêté quelques centaines de mètres plus loin, à hauteur de l'avenue de Villars, à proximité des Invalides. Il dégaine son passeport : c'est celui de Thomas Fabius, fils du ministre des Affaires étrangères.

Démêlés judiciaires

Après avoir décliné son identité, l'homme d'affaires obtient le droit d'appeler son avocat, Me Cyril Bonan. Conduit au commissariat central du 7e arrondissement, il a été interrogé sans avoir été placé en garde à vue. Il est ressorti libre en fin d'après-midi.

Âgé de 32 ans, cet expert en conseil financier a eu quelques démêlés avec la justice, notamment en 2013, concernant l'achat d'un appartement de 280 m² au cœur de Paris. Les enquêteurs de l'Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) s'interrogent sur l'origine des fonds, alors que le fils du ministre des Affaires étrangères n'est pas imposable.  "C'est son père qui est visé à travers les informations mensongères publiées dans la presse" assuraient ses proches à l'époque.

LIRE AUSSI >> PORTRAIT - Thomas Fabius, le drôle de parcours d'un "fils de"