La jolie brune rayonne, sa fille de dix mois dans les bras. A voir la une du magazine Elle, on a du mal à imaginer qu'Alessandra Sublet revient de loin. Pourtant, la présentatrice de C à Vous sur France 5 a été victime d'un sévère baby blues après la naissance de Charlie en juin 2012. Dans une longue interview accordée à l'hebdomadaire féminin, elle revient sur ce mal-être des mères, qui reste, selon elle, tabou.

Après l'accouchement, ivre de fatigue, la jeune femme de 35 ans avoue avoir connu un véritable “tsunami”. “Le tsunami ordinaire des femmes qui deviennent mères, une chose dont on ne parle jamais. Ça m’est tombé dessus avec violence, comme si j’étais devenue une autre femme, que je ne reconnaissais plus, à la fois neuneu, amorphe et incapable d’accomplir les gestes les plus simples, comme donner un bain à ma fille ou même lui faire un biberon. J’ai beaucoup culpabilisé. Je me sentais au fond du trou”, explique-t-elle.

Elle s'effondre avant de prendre l'antenne

Le baby blues survient généralement de trois à dix jours après l'accouchement. Selon les études, il touche entre 30 et 80% des femmes. Si certaines se remettent sur pieds en une quinzaine de jour, d'autres plongent vers la dépression. Alessandra Sublet, qui a voulu refaire tout comme avant tout de suite, a connu cette galère.

Comme de nombreuses femmes qui reprennent le travail directement à la fin de leur congé maternité, l'animatrice a retrouvé le plateau de C à vous deux mois et demi après avoir accouché. Tous les soirs à 19 heures, elle est fidèle au rendez-vous sur France 5. Jusqu'à cette journée de septembre. A une heure du direct, elle s'effondre, victime d'un burn-out total. “Les hormones ne suffisent pas à expliquer le baby blues. L'autre coupable, c'est la pression que se mette les femmes aujourd'hui. je vois trop de femmes s'épuiser et épuiser les autres avec leur quête de perfection...”

D'autres priorités

Aujourd'hui, elle a remonté la pente grâce à son mari qui a été “au-delà de tout ce qu'on peut rêver” et à ses parents. Grâce aussi à un certain recul. “J'ai ralenti mon rythme. Je n'arrive plus au bureau à 9 heures pour prendre l'antenne à 19 heures, mais à midi. Je consacre toutes mes matinées à ma fille. Mes priorités sont désormais ailleurs.”

Cette expérience, elle l'a également racontée dans un livre T'as le blues baby ? qui sortira le 2 mai aux éditions Flammarion. Son objectif : briser le silence et aider les femmes à déculpabiliser.