La fin de la bad wave pour Chris Brown, ce n’est pas pour tout de suite. Convoqué par la cour supérieure de Los Angeles, pour faire le point sur la liberté conditionnelle, le juge a souligné le comportement plus d’exemplaire du chanteur des derniers mois. Pour mémoire, le jeune homme était interné dans un célèbre centre de désintoxication de Miami. Placé pour trois mois originellement, Breezy avait décidé de prolonger son séjour afin d’apprendre à gérer sa colère, une attitude saluée par les médecins et la justice.

Cependant, le centre, qui a longuement examiné Chris Brown vient de le diagnostiquer bipolaire. Le chanteur de 25 ans souffre par ailleurs de stress post-traumatique. L’établissement explique dans une lettre adressée au juge et publiée par le site américain TMZ que cette bipolarité est, sans doute, l’une des causes de ses problèmes : "Monsieur Brown est devenu agressif à cause de troubles mentaux non traités, d’une grave privation de sommeil, d’une automédication non appropriée et d’un syndrome de stress post-traumatique non traité". Le centre préconise une "surveillance rapprochée par son médecin traitant afin d’assurer que son état mental reste stable".

Nouvelle convocation le 23 avril

Le juge, prenant note de la lettre de l’établissement, a exigé que Chris Brown demeure au centre deux mois supplémentaires. A sa sortie, il devra encore poursuivre ses heures de travaux d’intérêt général puis retrouver le chemin des tribunaux. Breezy est convoqué le 23 avril pour une affaire d’agression à Washington en octobre 2013 et donc de possible violation de liberté conditionnelle. Il risque quatre ans de prison. Petite accalmie dans la vie très trouble de Chris Brown, la sortie de son album X, prévue pour le 5 mai prochain.