22  millions d’euros. C'est la somme ce que se disputent Anissa Delarue, la veuve de Jean-Luc Delarue, et l’entourage de Jean, le fils que l'animateur a eu avec Elisabeth Bost, chroniqueuse dans l'émission "Le Grand 8", sur D8. Aujourd’hui, ce sont deux grands-parents unis, déterminés mais meurtris, qui évoquent leur fils dans les colonnes de Paris Match. Nombre de leurs questions demeurent sans réponse, quatre ans après sa disparition.

"J'ai appris, par une affiche, la mort de mon fils"

Maryse Rivoire et Jean-Claude Delarue se sont peu exprimés dans la presse depuis le décès de leur fils Jean-Luc. Et pour cause, les circonstances sont encore extrêmement douloureuses pour tous les deux. Maryse se souvient qu'elle était à l'hôpital de la Timone, à Marseille, lorsqu'elle l'a appris. "J'ai appris, par une affiche, la mort de mon fils. Sans avoir pu le revoir ni lui parler", se souvient-elle.

Son père, lui, se demande : "pourquoi n’avons-nous été informés de la mort de notre fils que le vendredi 24 août vers 12 h 15 alors qu’il était décédé officiellement la veille à 10 h 20 ? Pourquoi ai-je dû, pendant des semaines, chercher où mon fils avait été enterré ?", s'interroge-t-il. C'est pourquoi, son combat désormais est de militer "pour que la loi permette aux parents d’un enfant adulte marié d’être informés de son décès ainsi que de l’endroit où il est enterré. Sauf s’il existe une volonté contraire écrite". 

A LIRE AUSSI >> Elisabeth Bost perd son procès contre Anissa Delarue 

Un peu plus loin dans l'interview les parents racontent les derniers mois de leur fils. Des mois d'inquiétude et de relations difficiles. Ils affirment que son état mental s'est détérioré lorsqu'il s'est séparé d'Elisabeth Bost. "Les cinq  dernières années, quand il a sombré dans la drogue - à mon avis d’épuisement -, je lui répétais : 'Tu vas dans le mur, arrête la télé, tu es trop fatigué'. Il m’envoyait balader. Alors, j’ai pris mes distances mais j’ai respecté. C’était sa vie", raconte Maryse Rivoire.

De son côté, Jean-Claude Delarue raconte que son fils était dans un état de très grande faiblesse. "Le jour de son mariage, le 12  mai  2012, il ne pouvait pas me reconnaître à une distance de quelques mètres, tant il était épuisé", dit-il. Aujourd'hui, Jean, 9 ans, le fils de Jean-Luc Delarue, va bien. "Il est très entouré", confessent les parents de l'animateur, conscients qu'il faut "tourner la page, se tourner vers l'avenir et faire face." 

EN SAVOIR + 
>> 
La guerre pour l'héritage de Jean-Luc Delarue continue
>> La procédure à l'encontre d'Anissa Delarue est annulée