Dans le froid et sous un soleil hivernal, des centaines de personnes ont attendu parfois plusieurs heures avant de pénétrer dans la basilique Notre-Dame, là où il y a un peu plus de 21 ans ans René Angélil et Céline Dion s'étaient mariés.

Sous sa voilette noire, la chanteuse, son fils aîné René-Charles à ses côtés, a reçu les condoléances de proches et de quelques personnalités comme l'ancien Premier ministre Pierre-Marc Johnson et le maire de Montréal, Denis Coderre. Les anonymes et les fans de toutes générations ont ensuite défilé devant le cercueil ouvert, dans lequel le défunt reposait, une fleur blanche à la boutonnière.

Le chanteuse a eu un mot gentil pour chaque fan

Diane Chaignier est venue rendre hommage à "un monsieur qui a fait beaucoup de choses pour plusieurs vedettes (...) et qui a fait de Céline une star planétaire". Après trois bonnes heures d'attente, Arnaud Alcaraz s'apprête à franchir les grandes portes de la basilique. "On est venu pour soutenir Céline et représenter tous les fans français", confie à l'AFP ce jeune Français installé à Montréal depuis l'automne.

Pour Daniel Vignet, "c'est une page de la culture québécoise qui se tourne", René Angélil "a fait d'une petite fille de Charlemagne (village à l'est de Montréal, ndlr.), une chanteuse internationale. C'est une belle histoire d'amour, c'est une belle réussite". 

Tous ces admirateurs espéraient voir leur idole qui, patiemment, avait un mot pour chacun à quelques mètres de son défunt mari. Tout en haut de l'allée centrale de la basilique bleutée, où plus de 2 500 personnes devaient se presser pour la cérémonie religieuse, Céline Dion a passé jeudi plus de deux heures à serrer des mains et étreindre ses fans, en essuyant parfois une larme.

A LIRE AUSSI >> Jean-Jacques Goldman a écrit une chanson sur René Angélil pour Céline Dion