Il n’a pas tremblé. Vendredi, devant les centaines de personnes réunies dans la basilique de Montréal, et toutes celles qui regardaient la cérémonie devant leur écran de télévision, René-Charles Angélil a livré un hommage aussi simple que vibrant à son père, décédé la semaine dernière après un âpre combat contre le cancer.

"Merci à tous d'être là, merci aussi à ceux qui nous regardent partout dans le monde et qui partagent notre peine", a commencé le jeune homme. "J'ai eu la chance de naître dans une famille où il y a beaucoup d'amour. Avec maman, et toi papa, j'ai appris ce qui compte le plus dans la vie : la famille", a-t-il ajouté, avant de poursuivre son discours en anglais.

"Tu es un modèle difficile à suivre"

"Quinze ans, ça ne laisse pas beaucoup de temps à un fils pour apprendre à connaître son père. Tu as eu une vie chargée, mais nous avons communiqué, à travers le golf, le hockey, le poker, et le smokemeat (une charcuterie québécoise – ndlr), déclenchant de nombreux sourires, y compris celui de sa mère. "Nous nous sommes rapprochés et encore rapprochés alors que le temps passait", a continué René-Charles, qui a passé de longues heures auprès de son père ces derniers mois.

À LIRE AUSSI >> PHOTOS - Céline et René-Charles se recueillent devant la dépouille de René Angélil

"Tu m'as laissé aujourd'hui avec assez de bons souvenirs pour les partager avec mes plus jeunes frères, a-t-il conclu. "Quand ils grandiront, sans toi à nos côtés, je m'assurerai de transmettre ce que tu m'as appris. Tu es un modèle difficile à suivre, mais, avec ton aide, tout va bien se passer. Papa, je te promets ici que nous serons à la hauteur de tes attentes. J't'aime p'pa."

A LIRE AUSSI
>> Daniel Dion : quelques heures après les obsèques de René, Céline Dion fait ses derniers adieux à son frère
>>
Vu de Twitter : des obsèques publiques entre gêne et émotion