Si tous les chemins mènent à Rome, tous ne conduisent pas au Brésil et à sa Coupe du monde 2014. Les Bleus de Didier Deschamps, qui disputent mardi soir face à la Finlande le dernier match des éliminatoires, font partie de ceux qui sont encore loin d'y être. Réponses aux questions que se posent de nombreux supporters sur les différentes issues possibles.

La France est-elle officiellement barragiste ?
NON. Car si l'équipe de France, actuelle 2e de son groupe I, ne peut plus être rejointe ni dépassée, elle dispose en revanche d'une chance, certes infime, de se qualifier directement. Pour ce faire, elle doit battre la Finlande par plus de deux buts d'écart et espérer que l'Espagne, 1ère de la poule avec trois points d'avance sur les Bleus, s'incline à domicile face à la Géorgie. Un scénario auquel personne ne semble croire côté français...

La France peut-elle ne pas accéder aux barrages ?
NON. Après la victoire (2-1) de l'Arménie contre la Bulgarie vendredi, Malte est désormais condamnée à terminer dernier du groupe B, ce qui empêche tous les candidats à la 2e place dans cette poule de dépasser la France au classement des huit meilleurs deuxièmes (sur les neuf groupes).

La France sera-t-elle tête de série ?
SANS DOUTE PAS. Sauf incroyable concours de circonstances, l'équipe de France ne fera pas partie des quatre nations "protégées" lors du tirage au sort du 21 octobre, établi sur la base du classement FIFA. Sur les huit barragistes potentiels avant la dernière journée des éliminatoires mardi, les Bleus ne sont en effet que 6es.

Comment la France peut-elle être désignée tête de série ?
La Croatie, la Grèce et le Portugal sont en fait les seules équipes certaines de bénéficier de ce statut privilégié. L'Ukraine et la Suède suivent, et sont donc les équipes susceptibles d'être dépassées par la France au classement FIFA. Les Bleus doivent ainsi s'imposer contre la Finlande tout en misant sur une défaite de la Suède (privée d'Ibrahimovic suspendu) contre l'Allemagne et un nul ou une défaite de l'Ukraine à Saint-Marin (pire nation engagée dans ces éliminatoires selon le classement FIFA) pour espérer faire partie des quatre nations les mieux classées. Ce qui fait un peu beaucoup. Un autre cas de figure peut toutefois permettre aux hommes de Deschamps d'éviter le plus gros poissons. Mais il est tout aussi improbable : la Lituanie bat la Bosnie mardi, la Grèce prend au moins un point contre le Liechtenstein, passant première de son groupe, et l'Allemagne bat la Suède. L'équipe de France doublerait alors sur le fil les Bosniens et les Suédois au classement FIFA.

Quels adversaires potentiels pour les Bleus ?
Outre les équipes susmentionnées, toutes de sacrées clientes, la France pourrait également affronter, dans le cas le plus probable où elle ne serait pas tête de série, un adversaire comme l'Angleterre, pas encore à l'abri de terminer 2e de son groupe, ou un autre plus abordable comme la Bosnie, toujours susceptible de doubler la Grèce sur le fil. Sans oublier la Suède qui, en cas de victoire ou de nul contre l'Allemagne, peut encore s'immiscer parmi les quatre nations les mieux classées. Au cas où un miracle conduirait les Bleus à bénéficier du statut de tête de série, la route paraîtrait en revanche bien plus dégagée, avec la Turquie ou la Roumanie, qui bataillent encore pour une 2e place, et l'Islande ou la Slovénie, également dans ce cas, comme autres tirages au sort potentiels.