"On sait que la blessure de sept mois de Rafael Nadal est sans doute due à un contrôle positif. Si tu vois un joueur de tennis qui s'arrête de longs mois, c'est parce qu'il a été contrôlé positif et qu'on l'a couvert. Ce n'est pas quelque chose qui arrive toujours, mais si assez souvent". Les propos de Roselyne Bachelot, mercredi 9 mars dans le Grand 8, diffusé sur D8, ont provoqué un tremblement de terre de l’autre côté des Pyrénées. Les réactions se succèdent et l’ancienne ministre des Sports sous Nicolas Sarkozy en prend pour son grade.

Toni Nadal bouillant

"Je ne sais pas pour quelles raisons cette femme dit cela, mais c’est évident qu’elle ne connaît pas le tennis et le monde du sport", a affirmé Toni Nadal, l’entraîneur de l’ancien numéro 1 mondial, dans le programme RAC1, ce jeudi. "L’avocat de Rafa est en train de travailler pour adopter des mesures adéquates et fortes. Dans ce monde, au lieu de démontrer la culpabilité, tu dois prouver ton innocence. Cette femme est une imbécile", a ajouté Toni Nadal, qui en a profité pour rappeler que son neveu passait de nombreux contrôles anti-dopage chaque année.

À LIRE AUSSI >> Scandale Sharapova : Rafael Nadal en profite pour réaffirmer qu'il est clean

Ce n’est pas la première fois que les Espagnols réagissent à des accusations de dopage soulevées par les Français. Yannick Noah avait ainsi affirmé que nos chers voisins prenaient "une potion magique", au moment d’expliquer leurs succès dans de nombreux sports. Les Guignols de l’Info avaient eu aussi insinué que des sportifs comme Pau Gasol, Iker Casillas ou ce même Rafael Nadal se dopaient. Cette polémique avait suscité l'indignation des médias, politiques et sportifs espagnols qui avaient demandé des excuses publiques.

EN SAVOIR + >> Retrouvez toute l'actu sport de metronews