"Il y a un joueur qu'on suit comme Koulibaly, que vous ne connaissez peut-être pas... Vous connaissez ? Il joue où ?", lançait fièrement Didier Deschamps, invité du Canal Football Club dimanche 21 février, alors qu'il passait en revue les joueurs susceptibles d'intégrer la liste des 23 pour l'Euro 2016.

Evidemment, le sélectionneur de l'équipe de France a été raillé sur les réseaux sociaux pour avoir mentionné le nom du défenseur de Naples. Le petit problème, vous le connaissez, le fameux Koulibaly est international sénégalais et il ne peut prétendre à une place chez les Bleus. Bref, on ne va pas refaire l'histoire.

"Je ne lui en veux pas, je n'en veux à personne"

Mais le principal intéressé, invité sur RMC ce mardi, s'est exprimé sur la belle boulette de Didier Deschamps. Une sortie attendue, tant on avait hâte de connaître le ressenti d'un joueur qui avait "attendu depuis longtemps un appel des Bleus" avant de revêtir finalement le maillot des Lions de la Téranga il y a plus de six mois. Et, comme bon nombre d'entre nous, Koulibaly fut légèrement surpris d'être cité par le sélectionneur, d'autant qu'il se trouvait devant sa télévision à ce moment-là...

"Je regardais le CFC mais j’étais avec des amis. Je regardais sans vraiment prêter attention. Puis d’un coup j’ai entendu mon nom. Directement des amis m’ont envoyé un message, a-t-il expliqué sur RMC. Il a dû manquer un épisode ! Mais je ne lui en veux pas, je n’en veux à personne."

EN SAVOIR + >> Quand Deschamps pense à sélectionner Koulibaly en équipe de France

Repérer un joueur et perdre son temps

En revanche, on peut sûrement railler le staff des Bleus d'avoir supervisé Kalidou Koulibaly au début de l'année alors qu'il n'est plus sélectionnable. Le défenseur du Napoli a bel et bien confirmé la présence d'un membre de l'encadrement de l'équipe de France lors d'un match contre Empoli le 31 janvier.

"J’ai entendu qu’un membre de l’encadrement de l’équipe de France était venu voir un match entre Naples et Empoli. Je pensais que c’était pour Laurini qui est aussi Français. Après je ne sais pas pour qui il était là. C’est ce que j’ai entendu." Rassurant.