Comme bon nombre de joueurs sud-américains, Ezequiel Lavezzi s'est laissé tenter cet hiver par le championnat chinois et la puissance financière qu'il dégage. Transféré du Paris Saint-Germain vers le Hebei China Fortune, une équipe qui a déjà accueilli Gervinho, Mbia et Kakuta, pour un peu plus de cinq millions d'euros, l'Argentin a enfin donné les raisons qui l'ont poussé à quitter le club parisien en pleine saison. Celui que l'on surnomme "Pocho" n'a pas cherché à faire de la langue de bois : s'il a choisi de rejoindre l'Asie, c'est bien évidemment pour le chèque qu'on va lui offrir à la fin du mois.

"La sélection argentine ? C'est peut-être fini"

"Le plan de développement du club m’intéresse. C’est l’une des raisons qui m’ont poussé à rejoindre ce club, avec l’intérêt financier, a-t-il expliqué aux médias locaux. Je suis fasciné par la culture chinoise. Jouer ici est un challenge intéressant. C’est pourquoi je suis venu." Avec un salaire annuel estimé à 15 millions d'euros, on peut en effet comprendre pourquoi Lavezzi a décidé de vivre sa petite expérience en Chine alors qu'il n'a que 30 ans et encore quelques saisons devant lui.

A LIRE AUSSI
>> Le joli message d'adieu de Lavezzi avant son départ en Chine

>> Plongée dans le foot chinois, ce traquenard aux faux airs d'Eldorado

Cependant, l'international argentin a également avoué qu'il aurait pu poursuivre sa carrière de joueur – et également celle d'ambianceur de vestiaire – dans une formation beaucoup plus prestigieuse. Mais comme il l'a répété, il ne regrette pas son choix, quitte à faire une croix définitive sur la sélection. "J’aurais pu signer à l’Inter, à Chelsea ou à Manchester United. Mais j’ai pris la décision de partir en Chine. C’est un choix important pour ma carrière. Je suis sûr que je vais au-devant de nombreux défis ici, déclare-t-il. L'Argentine ? C'est peut-être fini mais c'est moi qui ai pris la décision de venir ici et je suis sûr que c'est la bonne." On en reparlera dans six mois !