En le voyant débuter le match sur le banc des remplaçants dimanche soir (Bordeaux s'est imposé 2-1 à Paris), tout le monde avait compris. Son "On verra, on verra..." au micro de Canal + n'a donc fait que confirmer qu'il s'agissait bien d'un secret de Polichinelle. Le meneur de jeu Yoann Gourcuff a quitté les Girondins de Bordeaux pour rejoindre l'Olympique Lyonnais. Les deux clubs ont officialisé le transfert lundi soir sur leurs sites internet respectifs. Le joueur signera un contrat de cinq ans dans les prochaines heures.

"Si j'avais voulu le sanctionner, je l'aurais laissé à la maison. J'ai pensé que Jussiê serait plus motivé. Samedi, il (Gourcuff) est allé voir le président pour lui demander de partir. Il peut partir mais on ne dit pas ça la veille d'un match, quand on a déjà deux défaites. Finalement, il s'est retrouvé sur le banc. C'était plus simple pour tout le monde", a expliqué Jean Tigana, le nouvel entraîneur des Girondins.

Avant d'en dire un peu plus sur son sentiment d'impuissance dans une telle situation : "Quand on a des internationaux, on préfère les garder mais je ne peux pas me mettre en travers des choix du joueur. Ils ont des clauses dans leur contrat. Après, j'ai vu mon actionnaire (M6, ndlr), car c'est bien d'avoir des résultats mais c'est bien aussi d'avoir des comptes solides pour préparer l'avenir. Je ne suis pas fataliste."

"Procédures"
Après s'être enfermées dans un mutisme de façade, les langues ont donc commencé à se délier du côté de Bordeaux, et ce dès lundi après-midi. Jean-Louis Triaud, président du club sur les ondes de RMC : "Je ne fais pas de pronostics. Pour l'instant, Yoann est à Bordeaux. Je n'ai pas envie d'en parler. Il y a des sujets sensibles que je ne souhaite pas aborder. Mais c'est vrai que Lyon a entamé des procédures et se répand dans la presse au sujet de ce transfert. Nous, ce n'est pas notre cas. Après, tout peut arriver d'ici la fin du mercato."

Une référence assez claire aux propos de son homologue lyonnais, Jean-Michel Aulas, dans les colonnes du quotidien L'Equipe daté du 17 août : "Gourcuff est le joueur idéal pour nous. On manque d'un tireur de coup franc et on doit se renforcer au milieu. Je ne veux pas mettre les dirigeants bordelais mal à l'aise mais ils ont mis la barre très haute (une clause de départ de 26,5 millions d'euros, ndlr) à un tarif qui n'est pas compatible avec ceux du marché."

Ravi
Sauf que la situation a changé. Nicolas de Tavernost, le président du directoire de M6, actionnaire majoritaire du club girondin, a révélé que cette clause n'avait plus de raison d'être depuis le 1er août. Une offre de 20 millions d'euros en provenance de la capitale des Gaules a donc été déposée sur le bureau de M. Triaud.

Yoann Gourcuff, quant à lui, est ravi : il rejoint ses amis Bleus Hugo Lloris et Jérémy Toulalan et s'apprête à retrouver la Ligue des champions que Bordeaux ne jouera pas cette saison. Les champions de France 2009 n'ont donc pas eu d'autres choix que de renforcer un concurrent direct pour combler un déficit de quelque 15 millions d'euros. Au vu de leur performance de dimanche soir (en dépit de la victoire), ils n'avaient vraiment pas besoin de cela.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter