Emmanuel Adebayor, au gré de ses saisons passées à Monaco, Arsenal, au Real Madrid, Manchester City et aujourd'hui à Tottenham, semble avoir pris soin de sa famille. Une maison à 1,2 million de dollars pour sa soeur, un business de biscuits, des soins pour sa mère, des billets d'avion pour son frère, l'inscription dans une académie de foot pour un autre... Malheureusement, les membres qui la composent ne manifesteraient pas une reconnaissance équivalente auprès de celui qui, en 2008, était élu meilleur joueur africain. Ce serait même plutôt le contraire, si l'on en croit la mise au point de l'ex-Messin postée sur Facebook, mardi soir.

Une famille à charge, des "charges" à toute sa famille

Sous le regard interloqué de ses 877.000 "likers", chacun en prend pour son grade. Sa mère d'abord, à qui il n'a pas hésité à faire broder le nom sur les sièges en cuir du Porsche Cayenne : "Quand ma fille est née, on a appelé ma mère pour l'informer mais elle a directement raccroché." Sa grande frangine, ensuite, qui n'a pas fait preuve de davantage de gratitude : "Ma soeur a loué la maison [située au Ghana, ndlr] sans me prévenir. Elle a aussi renvoyé Daniel [son demi-frère qui y vivait, ndlr] de la maison. Imaginez que cette maison avait environ 15 chambres. Quand je l'ai appelé pour en discuter, elle m'a insulté au téléphone pendant 30 minutes. Ma mère aussi a fait la même chose."

Son frère, prénommé Kola, qui n'a pas pris l'avion pour assister à des funérailles après avoir reçu de l'argent d'Emmanuel Adebayor pour pouvoir se payer un vol d'Allemagne au Togo. "C'est le même frère qui a empoché de l'argent de The Sun pour raconter des histoires peu précises sur notre famille. Il a aussi envoyé une lettre à mon club quand j'étais à Madrid pour me virer", lâche l'ancien capitaine des Eperviers. Et enfin, dans la famille Adebayor, on demande Rotimi que l'actuel attaquant des Hotspurs avait inscrit dans une académie de foot en France : "Quelques moi après, il a volé 21 téléphones des ses coéquipiers. Il y avait 27 joueurs dans l'équipe." 

Voilà de quoi rhabiller l'entourage d'Emmanuel Adebayor, mais croyez-le, le but de son entreprise de démolition n'est "pas d'exposer [s]a famille" : "Juste que d'autres familles africaines apprennent de ceci. Merci." Merci pour elles.