Michael Schumacher est un modèle pour bon nombre de sportifs. Encore plus pour ceux qui l'ont fréquenté et pour ses compatriotes. C'est le cas de Miroslav Klose, l'attaquant de la Lazio de Rome (8e de Serie A) et de l'équipe d'Allemagne. Lundi à l'Université de Rome "Tor Vergata", celui qui est aussi le meilleur buteur en phase finale de l'histoire des Coupes du monde (16 buts) a reçu le Prix de l'éthique sportive qui récompense un athlète qui s'est distingué pour sa loyauté, son fairplay et son engagement social.

Schumi, un amoureux du foot

Costumé, cravaté, l'Allemand âgé de 37 ans a tenu à dédier cette distinction à l'ancien pilote de F1 Michael Schumacher (43 ans) qui, depuis un accident de ski survenu à Méribel le 29 décembre 2013, est toujours en phase de rééducation : "Je l'ai connu parce qu'il venait souvent nous voir quand nous étions rassemblés avec l'équipe nationale. Il nous expliquait les choses et en cinq minutes, il t'ouvrait les yeux, tu avais compris plein de choses. C'est une personne vraiment extraordinaire et dont la parole nous manque. Je voudrais conclure en disant : Forza Michael, ne lâche pas !"

Ce discours, prononcé dans l'amphithéâtre de la fac romaine, n'aura pas laissé insensible un autre lauréat : Luca di Montezemolo, le président de Ferrari. Avec la Scuderia, Michael Schumacher a en effet remporté cinq de ses sept titres de champion du monde (2000, 2001, 2002, 2003, 2004). 


À LIRE AUSSI

>> Quand Montezemolo donnait des (mauvaises) nouvelles sur l'état de santé de Schumi
>> Jean Todt : "Mes liens avec la famille de Schumacher sont encore plus forts"