Quand les choses se gâtent, on a tendance à croire plus facilement aux miracles. Surtout quand il y en a déjà eu un cette saison. On parle ici du retour en force et en forme de Lassana Diarra qui, après quinze mois sans jouer et six petits matchs avec l'OM, est immédiatement devenu titulaire en équipe de France, à quelques mois de l'Euro 2016. Autre pari tenté par le club phocéen durant le mercato estival, Abou Diaby, lui, n'a pas encore disputé la moindre rencontre sous le maillot de sa nouvelle équipe. Mais cela ne devrait plus tarder. Du moins, si l'on se fie aux propos tenus par le milieu international français en conférence de presse ce mercredi, à l'avant-veille de la périlleuse réception de Rennes.

Abou Diaby : "Il fallait solder le passé"

"À l'heure actuelle, je dirais que tous les voyants sont au vert, je suis prêt à jouer. C'était une longue période où il fallait solder le passé, traiter pas mal de blessures. Aujourd'hui je n'ai jamais été aussi proche d'un retour. Mon dernier match (avec Arsenal, ndlr), c'était en septembre 2014... Cette saison, j'ai fait pas mal de rechutes. Mais j'ai toujours envie de jouer au foot, de retrouver la passion et le plaisir", a-t-il assuré, quatre jours après avoir joué 65 minutes sans broncher avec l'équipe réserve en CFA.

À LIRE AUSSI >> Malencontreusement annoncé blessé par l'OM, Abou Diaby s'agace en interne

Puis il a rendu cet hommage appuyé au staff médical olympien : "À ce niveau-là, je n'ai pas trouvé mieux, c'est une aventure humaine exceptionnelle avec le docteur Beaudot et son staff, et au niveau médical j'ai la chance de travailler avec des bourreaux de travail, ça n'a pas de prix. Je me dois de donner le maximum pour revenir. Tout le monde m'aide." Enfin, l'ex-Gunner a fait, sans le vouloir, une analogie entre ses propres pépins et ceux de son équipe cette saison : "On a connu des hauts et des bas mais il faut garder espoir. Et être optimiste. Il reste deux mois pour tirer quelque chose de cette saison. Aujourd'hui, on est à notre place. Mais on travaille dur pour atteindre notre objectif." Rien de moins qu'une résurrection.