Où en sont les travaux du Stade Vélodrome ?
Nous rattrapons le retard pris ces derniers mois en raison des conditions météologiques. Comme cela est stipulé dans le contrat qui nous lie à la Ville de Marseille, le nouveau Vélodrome sera fin prêt, comme prévu, à l’été 2014, pour la reprise de la saison de l’OM. Il n’y a aucun doute là-dessus. Cela fait dix ans que je fais des chantiers à Marseille. Ce n’est pas du tout dans mon intérêt de perdre du temps. Et je représente une société et un groupe [Bouygues] qui a prouvé ses compétences dans le monde entier.

Pourquoi êtes-vous si dépendant de la météo ?
Afin de travailler en toute sécurité, on doit avoir une fenêtre météo favorable sur trois jours. Par exemple, le chantier est suspendu lorsque les vents sont supérieurs à 27 km/h. Or l’année dernière, le volume des intempéries a été multiplié par deux par rapport à la normale, ce qui explique les retards !
Pourquoi les matches de l’OM freinent-ils autant les travaux ?
La commission de sécurité intervient avant chaque match. Quand elle passe le vendredi à 14 heures, je dois signer tous les papiers conformes dès le jeudi. Impossible d’avancer pendant ce temps. C’est complexe de mener de tels travaux dans un stade toujours ouvert au public. De plus, on doit conserver la pelouse intacte. C’est un gros inconvénient. Enfin, pour chaque match de l’OM, je dois rendre un stade conforme avec 42 000 places.

Quelles sont les autres difficultés d’un tel chantier ?
Il faut rappeler que les travaux s’effectuent en plein centre d’une grande ville. Et ceux-ci sont conséquents : la hauteur du stade atteindra 70  ètres, soit l’équivalent d’un immeuble de 22 étages. 300 personnes travaillent chaque jour, en comptant les entreprises partenaires. Et à partir de l’été prochain, ils seront 600 pour démolir la tribune Jean-Bouin.

Comment sera ce nouveau stade ?
Il fera partie du top 10 européen. Il accueillera de nouvelles buvettes, de nouvelles toilettes, 1 800 m2 de salons en tribune Ganay, 15 ascenseurs en tout. La tribune Jean-Bouin aura 6 000 m2 de salons, 600 places de loges sur 2 étages, 5 000 places VIP, de nouveaux vestiaires pour les joueurs et la nouvelle tribune de presse. La capacité totale sera de 67 000 places.

Comment expliquez-vous que l’ancien Vélodrome, reconstruit pour le Mondial 98, ne soit déjà plus aux normes pour l’Euro 2016 ?
Le coût de rénovation (273 millions d’euros) n’a rien à voir avec le précédent chantier de 1995, c’est entre 5 et 10 fois plus. Les normes parasismiques seront bien respectées, les sièges aux dimensions agréées pour 2016. Le nouveau toit a été pensé et voulu pour être une référence en épousant la forme des tribunes, avec 6 000 tonnes de charpente reposant sur quatre angles, sans point d’appui intermédiaire. Ce sera un stade aérien, qui sera éclairé par des LED. Du ciel, un soir de match, on ne devrait voir que lui au-dessus de la ville !

Où en est le futur naming du stade ?

Nous étudions les meilleures propositions. Le naming du Vélodrome, qui associera l’entreprise choisie au nom du stade contre une indemnité [on parle de 6 millions d’euros sur 10 ans, ndlr], constituera le plus grand contrat en France et servira de référence pour les autres stades du pays.