Dans l’euphorie de sa victoire à Indian Wells, dimanche, le numéro un mondial Novak Djokovic s’était fendu d’une sortie médiatique remarquée. Le Serbe a estimé que les joueurs de tennis devaient toucher plus de prize money que leurs homologues féminines, en raison notamment du temps passé sur les courts et de la différence de popularité : "Les statistiques montrent que le tennis masculin attire plus de monde. Selon moi, c'est l'une des raisons qui font que nous devons toucher plus" a-t-il confié à la BBC. Pour rappel, le tennis est l’un des rares sports à rétribuer équitablement les hommes et les femmes, au moins en ce qui concerne les tournois du Grand Chelem.

"J'ai fait des commentaires qui ne reflètent pas vraiment mon point de vue"

Dans la nuit de mardi à mercredi, "Nole" a tenu à remettre les points sur les "i", et a précisé sa pensée sur son compte facebook : "J’utilise généralement cette page pour partager mes joies avec vous, surtout après mes grandes victoires. Mais cette fois, il m’a fallu réfléchir un bon coup avant de vous écrire",a expliqué le Serbe. "Comme vous avez pu le constater, on m’a demandé de commenter une polémique que je n’avais pas créée. L’euphorie et l’adrénaline après la victoire de dimanche ont pris le dessus sur moi et j'ai fait des commentaires qui ne reflètent pas vraiment mon point de vue et je voudrais les clarifier."

À LIRE AUSSI >> Les phrases les plus sexistes du sport

"Comme vous le savez, j’accorde une attention toute particulière au futur de notre sport. (...) J’ai trouvé nécessaire de parler d’une distribution plus équitable et d'une meilleure dotation à travers les tournois, ce qui concernait à la fois les hommes et les femmes", a poursuivi le numéro 1 mondial. "Nous devons tous nous battre pour ce que nous méritons. Il ne s’est jamais agi de transformer cela en conflit entre les sexes et sur les différences de salaire, mais sur la manière dont les joueurs sont rémunérés pour leur jeu et leurs efforts. (...) Je souhaite présenter mes excuses à tous ceux qui auraient pu mal le prendre", a-t-il finalement conclu.