Il est partout. Même si l'arrivée de Zidane sur le banc du Real flottait dans l'air à mesure que les résultats de Rafel Benitez se dégradaient, elle a tout de même eu l'effet d'une bombe médiatique lors de son officialisation lundi soir. Entre enthousiasme et doutes sur les capacités du technicien assez peu expérimenté à pouvoir guider un des plus grand clubs du monde, toute la presse européenne ne parle que de Zizou. "Royal", titre en une L'Equipe au-dessus d'une photo de Zidane, "le plus grand joueur français de l'histoire (...) intronisé hier à la tête du plus prestigieux des clubs". 

L'ex-meneur de jeu de l'équipe de France et du Real, âgé de 43 ans, a été propulsé lundi soir sur le banc merengue après l'éviction de l'Espagnol Rafael Benitez. "La nomination de Zinedine Zidane à la tête du Real, hier, est une histoire fascinante sous de nombreux aspects", estime ainsi Vincent Duluc. "L'un des plus grands joueurs de l'histoire de ce jeu va entraîner le plus grand club du monde, et ce n'est même pas toute l'histoire : c'est son club, sa ville, sa famille", poursuit-il. 

"Il est encore Zidane, il est encore l'ancien joueur. Cela ne durera pas"

Pour Marca, Zizou est même est "La solution" pour redresser le Real Madrid, troisième du championnat et empêtré dans une crise de résultats, estime de son côté le quotidien sportif espagnol en Une. Mais la tâche ne sera pas aisée, prévient toutefois Le Parisien, qui rappelle que Zidane arrive à la tête d'"un effectif de stars aux allures de fosse aux lions dans un club qui use les techniciens plus que n'importe quel autre (c'est le vingtième changement d'entraîneur en vingt ans)". C'est un "défi fou", poursuit le quotidien, rappelant que l'ancien Merengue n'"a jamais entraîné un club professionnel de sa vie" et dispose d'une expérience d'entraîneur relativement limitée : seulement 18 mois à la tête du Castilla, la réserve du club. 

Cependant, constate Le Parisien, "malgré l'ampleur de la tâche et l'immense pression (...), le soutien est général et enthousiaste". "Dans l’esprit des supporters madridistas, Zinedine Zidane renvoie à des heures glorieuses", souligne So Foot sur son site, qualifiant le joueur de "figure quasi divine que personne, ou presque, n’ose critiquer". "Il est encore Zidane, il est encore l'ancien joueur. Cela ne durera pas : dans quelques heures, il aura changé de peau, sera jugé sur ses résultats, ses choix", souligne encore Duluc de L'Equipe

À LIRE AUSSI
>> Pourquoi ce n'est pas le bon moment pour Zidane
>> Retrouvez ici toute l'actu sport de 
metronews