Petit à petit, les langues se délient. Au sortir de la victoire du Paris Saint-Germain face à Chelsea (2-1), mardi soir, l'affaire Serge Aurier était encore un sujet tabou et les joueurs du PSG se braquaient à la simple évocation du nom du latéral droit ivoirien. Et puis Laurent Blanc s'est présenté devant la presse vendredi. Très remonté contre son joueur en début de semaine, le coach parisien s'était montré beaucoup moins virulent et avait laissé la porte (légèrement) ouverte à un retour d'Aurier, toujours mis à pied à titre conservatoire. "Le temps fait toujours son effet. J'espère ne pas devenir quelqu'un de radical", expliquait-il.

"C'est quelqu'un qui est apprécié par tout le monde"

Samedi soir, c'était au tour de Blaise Matuidi, un cadre du vestiaire du Paris Saint-Germain, de s'exprimer sur ce dossier. Très proche de Serge Aurier, le milieu de terrain français s'est fait l'avocat de son coéquipier, ce qu'aucun n'avait osé faire jusqu'ici. "Serge, c'est mon ami, c'est l'ami de tout le vestiaire, il est bien aimé par tout le monde, a dit Matuidi après la victoire contre Reims (4-1). On sait qu'il a fait une erreur, mais comme on dit, l'erreur est humaine. Il s'est fait pardonner, enfin, il a demandé pardon. Il aura une discussion avec le coach, on espère que ce sera positif."

A LIRE AUSSI
>> Blanc : "Aurier ? Le temps fait son effet..."
>> Le joli message d'adieu de Lavezzi avant son départ pour la Chine

Et l'international français n'a pas hésité à mettre en avant l'importance de Serge Aurier, tant sur le terrain, qu'en dehors. Matuidi emploie même des mots très forts pour caractériser toute la confiance témoignée à l'égard d'un joueur qui a défrayé la chronique. "On a besoin de lui, que ce soit sur le terrain mais aussi en dehors, parce que c'est quelqu'un qui est apprécié de tout le monde. Je parle en tant que joueur, et aussi en tant qu'ami de Serge. Il sait qu'il a fait une erreur, mais l'erreur est humaine." Un soutien de poids qui intervient au meilleur des moments, alors qu'Aurier doit rencontrer Olivier Létang et Jean-Claude Blanc lundi matin afin de définir les contours de sa sanction définitive.