Le vestiaire du Paris Saint-Germain était logiquement choqué par les propos tenus par Serge Aurier dans la nuit du 13 au 14 février pendant la fameuse session Periscope lors de laquelle l'Ivoirien avait insulté certains de ses coéquipiers ainsi que Laurent Blanc. Mais comme l'avait laissé sous-entendre le coach du PSG au moment d'évoquer l'affaire, "le temps fait toujours son effet" et les joueurs du club de la capitale sont semble-t-il prêts à pardonner leur partenaire d'entraînement selon RMC.

Un échange cordial avec Zlatan

Même Salvatore Sirigu, "guez" (c'est-à-dire grillé, en raison de la concurrence défavorable avec Kevin Trapp) par l'Ivoirien a calmé le jeu. "Serge a présenté ses excuses. C’était une discussion franche entre Serge et "Salva" qui a permis d’aplanir la situation. Salvatore lui a dit qu’il ne bloquerait pas son retour", rapporte un proche de l'Italien cité par RMC.

Entendu lundi 22 février par le club de la capitale, Serge Aurier attend de connaître la décision des dirigeants, mais le soutien de l'ensemble du groupe est un élément qui pèsera forcément dans l'esprit de Laurent Blanc, qui doit prochainement définir les contours de la sanction prononcée à l'encontre du latéral droit parisien. Véritable ambianceur du vestiaire, l'ancien défenseur de Toulouse s'est, certes, vu reprocher son dérapage par Zlatan Ibrahimovic lors d'un échange tout à fait cordial, mais la bonne humeur diffusée au quotidien par Aurier joue en sa faveur.

"Serge n'est pas vicieux"

"Serge n’est pas un mauvais garçon. Il n’est pas vicieux, il a toujours été apprécié et surtout il fait le lien entre les jeunes et les cadres, donc son retour après des bonnes discussions serait accepté", a confié un joueur du PSG à la radio.

EN SAVOIR + >>  Après Matuidi, c'est au tour de Lavezzi de soutenir Serge Aurier

L'autre élément non négligeable pris en compte par les cadres, c'est bien évidemment l'apport du joueur sur le terrain. Auteur de la meilleure saison de sa carrière, Aurier est aujourd'hui incontournable dans le onze de départ au regard de ses prestations et de son rendement aussi bien défensif qu'offensif. S'il n'a disputé que trois rencontres de Ligue des champions dans sa carrière, l'Ivoirien a passé un cap et sa fougue sera forcément d'une grande utilité lors des futures échéances européennes du PSG. Cela n'a échappé à personne, et encore moins à Laurent Blanc.