C'est dans un timing parfait que le Paris Saint-Germain a décidé de communiquer sur le cas de Serge Aurier. Alors qu'il a fait la Une de l'actualité sportive les dimanche 14 et lundi 15 février derniers, le latéral droit pourrait cette fois-ci faire beaucoup moins de bruit. En ce vendredi 26 février, l'équipe de France de rugby joue un match de prestige dans le tournoi des six nations et, surtout, la Fifa vient de réélire son nouveau président. L'attention des journalistes, forcément, ne peut être autant focalisée sur le PSG que d'ordinaire...

La stratégie est bien sûr connue de tous les dirigeants de club et les Qatariens qui officient dans la capitale tricolore l'ont appliquée pour faire une annonce importante : Serge Aurier ne sera pas licencié. Près de deux semaines après avoir insulté son entraîneur de "fiotte" dans une vidéo diffusée sur Internet, l'ancien Toulousain va donc s'entraîner avec l'équipe réserve du PSG jusqu'au 20 mars avant de revenir lors des séances avec Zlatan Ibrahimovic et consorts jusqu'à la fin de la saison. Une mise à l'écart des du groupe professionnel de plus d'un mois est de toute façon interdite par la loi française. 

Le pardon décisif du vestiaire ?  

Décision attendue puisqu'un licenciement n'était pas envisagé dans ce monde si particulier du ballon rond, cette sanction n'indique pas si l'international ivoirien revêtira encore le maillot francilien en match officiel. Si Laurent Blanc le souhaite (puisque sa direction lui a "offert" toute la responsabilité dans ce dossier), Serge Aurier peut très bien s'entraîner avec ses partenaires jusqu'au prochain mercato, sans jouer aucun match, et être transféré vers un nouveau club l'été prochain.

Autre scénario, qui a pris de l'ampleur ces dernières semaines : Blanc et les Parisiens peuvent pardonner à Aurier ses écarts et le réintégrer au onze de départ. Avec un esprit cynique, on pourrait d'ailleurs penser que le sort du club en Ligue des champions, qui affronte Chelsea le 9 mars prochain en huitièmes de finale retour, sera lié à celui du joueur. Si Paris se qualifie pour les quarts de finale, il aura vraisemblablement besoin de ses services pour la suite de la compétition et affichera ainsi ce que l'on appelle "le pardon facile". Dans le cas contraire...

A LIRE AUSSI 
>> Le vestiaire du PSG favorable à un retour d'Aurier
>> PSG : Aurier et Blanc vont s'expliquer ce jeudi