La sanction n'a pas tardé. Ce mardi, le patron de la NBA Adam Silver a annoncé que Donald Sterling, le propriétaire des Los Angeles Clippers coupable de propos racistes dans un enregistrement diffusé vendredi, a été suspendu à vie. Sterling disait notamment à son ancienne petite amie qu'elle ne devait pas se montrer en compagnie de Noirs, des propos que Silver a jugés "profondément insultants et blessants". "Le fait qu'ils viennent d'un propriétaire de franchise NBA ne fait qu'aggraver le préjudice et mon indignation personnelle", a ajouté le patron de la Ligue américaine.

La suspension interdit à Sterling de diriger le club et d'assister aux entraînements des Clippers et à des matches de NBA. Le propriétaire des Clippers a aussi écopé d'une amende de 2,5 millions de dollars. Il n'est donc pas obligé de vendre mais, en plus des conditions difficiles avec lesquelles il devrait composer, Silver a assuré qu'il demanderait aux propriétaires de NBA d'exercer leur autorité pour obliger Sterling à vendre la franchise, évaluée à 575 millions de dollars par le magazine Forbes.

Les joueurs avaient menacé de ne pas jouer

Tenus en privés mais publiés par la suite, les propos de Sterling ont provoqué depuis quelques jours une immense polémique aux Etats-Unis. Le président Barack Obama, premier Noir-Américain élu à la tête des Etats-Unis, a personnellement dénoncé ces propos.

Dimanche, les Los Angeles Clippers ont disputé et perdu leur premier match depuis le début du scandale. L'équipe a organisé une réunion de crise de 45 minutes pour discuter notamment de l'éventualité de ne pas disputer la rencontre. Les joueurs ont finalement décidé de jouer mais ils ont jeté au sol leurs vestes portant le nom de leur équipe et revêtu un maillot sans inscription lors de l'échauffement, avant de disputer le match avec des chaussettes et brassards noirs en signe de protestation.