Fermée, cadenassée, brouillonne… Sous une pluie discontinue, la rencontre qui opposait la France à l’Irlande, samedi au Stade de France pour le compte de la deuxième journée du Tournoi des Six-nations, était loin des envolées espérées. A cause des conditions climatiques, mais aussi de très bonnes défenses, l’opposition s’est résumée à un affrontement rude entre les deux équipes. Et à ce petit jeu, ce sont les Français qui se sont montrés les plus réalistes.

Médard marque l'essai de la victoire

Si la première rencontre de l’ère Novès avait suscité enthousiasme et espoir, cette deuxième sortie, face à un adversaire d’un autre calibre que l’Italie, engendrera sûrement moins d’optimisme. Pendant 80 minutes, à part une bonne séquence en fin de première mi-temps et quinze bonnes dernières minutes, les Bleus ont été privés de ballon. Et si de leur côté, par la faute de nombreuses fautes de mains, les hommes de Joe Schmidt ne sont pas allés à dame, ils ont réussi à engranger les points par l’intermédiaire de l’ancien ouvreur du Racing, Jonathan Sexton.

Lors des rares ballons en leur possession, les partenaires de Guilhem Guirado ont tenté d’envoyer du jeu. Mais encore une fois, les moult imprécisions ont annihilé les velléités offensives françaises. A l’image de Vakatawa, les quelques envolées françaises ont été bien contrôlées par la défense du XV du Trèfle. Il aura fallu attendre la soixantième minute de jeu pour voir les Français entrer pour la première fois dans les 22 mètres adverses. Et à l’image d’une énorme séquence en mêlée, les Bleus ont repris du poil de la bête. Grâce à Médard, les tricolores sont repassés devant et ensuite su résister aux quelques dernières velléités offensives irlandaises. Solides.

EN SAVOIR + 
>> Portrait : Uini Atonio, le Grizzli du XV de France
>> C'est qui ce Virimi Vakatawa dont tout le monde parle ?