"Michel Platini a toujours été meilleur joueur que politicien. Tout ça, ça s’apprend. Mais il a toujours été un enfant gâté, choyé par tout le monde. On le portait, il n’a jamais été dans la lutte. Mon successeur présumé était Michel. Mais pour ça, il fallait qu’il assume. Pour lui, maintenant, la porte est fermée". Sepp Blatter n’y va pas par quatre chemins. Le futur ex-président de la Fifa, qui verra son successeur être élu vendredi 26 février, charge contre l’ancien meneur de jeu de Saint-Etienne.

Michel Platini "n’a pas eu le courage de se présenter en 2015"

Suspendu huit ans par la Commission d’éthique de la Fifa pour "conflits d’intérêts" et "gestion déloyale", le Suisse affirme, dans une longue interview parue dans le journal L’Equipe, avoir "ouvert la porte à Michel Platini", avant que le président suspendu de l’UEFA devienne "à un moment donné un peu méchant". "Il ne voulait plus que je sois là. Il luttait contre lui-même car il aurait dû avoir le courage de se présenter en 2015 mais il ne l’a pas eu", confie le futur octogénaire (le 10 mars prochain).

A LIRE AUSSI >> Fifa : le Cheikh Salman, nouveau grand favori à la présidence

Dans cet entretien fleuve au quotidien sportif, le Suisse revient également sur les événements clés qui ont provoqué sa chute. Sepp Blatter affirme notamment que si la Fédération internationale de football avait désigné les Etats-Unis comme pays organisateur de la Coupe du monde 2022, en lieu et place du Qatar, "les Américains n’auraient pas eu de raisons d’attaquer la Fifa puisqu’ils avaient leur Coupe du monde". Mais le vote n'eut pas cette issue et, le 27 mai dernier, les autorités suisses, sous les ordres du FBI, pénétraient ainsi dans un hôtel de luxe en Suisse pour y arrêter sept dirigeants de la Fifa.

17 ans à la tête de la Fifa

"J’ai eu le sentiment que tout s’écroulait. Ce jour-là a été la cassure dans ma vie, le jour que je voudrais oublier", précise l’homme originaire du Haut-Valais, qui sort l'artillerie lourde pour solidifier son statut de martyr et qualifie cette descente de police "d’attentat". Quelques jours après, le Suissse met son mandat à disposition. Le début de la fin pour celui qui aura passé 17 ans à la tête de la Fédération internationale de football. Ce vendredi, pour la première fois depuis 1998, Sepp Blatter ne sera pas élu président. Les temps changent.

EN SAVOIR + >> Fifa : Platini se retire de la course à la présidence