Ce n'est sûrement pas la prestation de Monsieur Bastien et de ses quatre assistants lors du quart de finale de Coupe de la Ligue entre le PSG et l'OL qui va permettre à l'arbitrage à cinq, instauré dans la compétition depuis plusieurs années, de se démocratiser en France. On joue la 17e minute de la rencontre, et alors que le Paris Saint-Germain peine à bousculer une ambitieuse équipe lyonnaise, Adrien Rabiot trouve finalement le chemin du but au terme d'un gros cafouillage dans la surface de réparation adverse.

"J'ai bien aimé la soirée mais moins certaines interprétations de l'arbitre"

Et si le jeune milieu de terrain parisien marque un temps d'hésitation avant de célébrer son but, c'est qu'il ne s'attendait sûrement pas à se voir accorder cette réalisation. La raison ? Après un tir de Lavezzi sorti par Gorgelin, Rabiot parvient à récupérer le ballon alors que celui-ci était sorti des limites du terrain d'au moins vingt centimètres. Malgré la présence de l'arbitre de surface, qui aurait dû siffler une sortie de but, le jeu se poursuit et le club de la capitale ouvre le score à la grande colère de Jean-Michel Aulas, très remonté contre les décisions de Benoît Bastien à l'issue de la rencontre.

A LIRE AUSSI >> REVIVEZ - La qualification du PSG face à l'OL pour les 1/2 de Coupe de la Ligue

"J’ai bien aimé la soirée mais moins certaines interprétations de l’arbitre. Ils sont souvent très bien placés, ils étaient même cinq ce soir et quand on est à moins de 5 mètres et qu’une balle sort de 50 centimètres… Ça enlève une forme de panache à la qualité de l'arbitrage", dira-t-il après le coup de sifflet final. Le PSG n'avait sûrement pas besoin de ce petit coup de pouce, mais sa maîtrise du jeu et l'apport des remplaçants en seconde période lui ont finalement permis de l'emporter et d'avancer sereinement dans la compétition. Et de continuer à dominer le football français.