Faut pas trop le chercher. Pas effrayé à l'idée d'en découdre si besoin, Roberto Mancini avait notamment failli en venir aux mains avec Mario Balotelli du temps où il entraînait Manchester City, l'actuel coach de l'Inter Milan n'est pas du genre à se laisser faire. Alors, quand son homologue de Naples l'a insulté après le second but de la victoire intériste mardi soir en quart de finale de la Coupe d'Italie (2-0), le technicien italien n'a pas supporté. 

Interrogé par la RAI sur la scène où on l'a vu demander vertement des explications à Maurizio Sarri en toute fin de rencontre, Mancini n'a pas éludé les raisons de sa colère : "C'est un raciste et les hommes comme lui ne devraient pas rester dans le foot. Il a utilisé des mots racistes. Il a commencé à m'invectiver, puis à me hurler dessus en me traitant de pédé". Selon le coach de l'Inter, celui du Napoli a utilisé les termes "frocio" et "finocchio", que l'on peut traduire par "pédé" et "homosexuel". 

"C'est une dispute normale de terrain de foot"

"Si lui est un homme, alors je serais fier d'être (pédé), a ajouté Mancini. De quelqu'un comme lui, qui a 60 ans, je ne peux pas l'accepter, il devrait avoir honte". "On a le droit de se disputer, mais pas comme ça, a-t-il poursuivi. Je suis allé le voir dans les vestiaires et il m'a présenté des excuses. Mais je lui ai dit qu'il devrait avoir honte. En Angleterre, il n'aurait plus le droit de mettre un pied sur le terrain".

De son côté, Sarri a visiblement voulu minimiser les faits : "J'ai entendu et vu des choses pires sur un terrain. J'espère qu'à froid, Mancini aussi changera de point de vue. Dans mes paroles, il n'y avait aucune forme de discrimination, je n'ai rien contre les homosexuels". Et ce dernier d'évoquer "une dispute normale de terrain de foot". Pas sûr que les instances italiennes l'entendent de cette oreille. 

À LIRE AUSSI
>> Pour Le Graët, "Benzema a été bête comme un âne"
>> Retrouvez toute l'actu sport de metronews