Depuis quelques semaines, on avait un peu perdu la trace de Vincent Labrune, la faute, très certainement, à un mercato d'hiver pour le moins agité, difficile à boucler en raison des restrictions budgétaires du club et conclu par les prêts de Florian Thauvin et Steven Fletcher. Après un été mouvementé, marqué par le départ soudain de Marcelo Bielsa, au cours duquel le président de l'Olympique de Marseille fut très sollicité, ce dernier s'était très peu exprimé sur les résultats décevants de son équipe, jusqu'à mardi soir.

"On s'est mis des boulets au pied dès le début de la saison"

A la surprise générale, Labrune est finalement sorti de son trou dans la foulée de la victoire du club phocéen à Montpellier (1-0) grâce à un but de Georges-Kevin Nkoudou, et il en a profité pour mettre les points sur les "i" lors d'une brève intervention longue de 30 secondes devant la presse. "C'est une victoire très importante pour l'OM. C'est notre 11e match sans défaite en L1. On est 3e du Championnat sur les onze derniers matches. On a perdu un match sur les 18 dernières rencontres, et c’était en prolongations, à Toulouse, en Coupe de la Ligue, avec dix absents. Donc j’espère que vous allez nous lâcher un peu, nous laisser respirer et nous laisser travailler", a lancé froidement Labrune.

A LIRE AUSSI >> Pour son retour à l'OM, Thauvin, c'est 10 minutes de jeu et un carton rouge

Et en habile communicant qu'il est, il a évidemment fait ressurgir les vieux démons du début de saison en rejetant la faute, sans le nommer, sur Marcelo Bielsa au sujet des mauvais résultats de l'Olympique de Marseille. "On part de très loin dans ce championnat, on a eu beaucoup de problèmes au début de saison. On s’est mis des boulets au pied dès le début de la saison mais maintenant, il faut nous laisser bosser car on progresse. Merci beaucoup et bonne soirée", a-t-il déclaré avant de s'éclipser. Pas sûr cependant que l'argumentaire de Vincent Labrune ne suffit à convaincre des supporters marseillais qui ont régulièrement demandé la démission de leur président. Et si l'OM traverse actuellement une bonne passe, une défaite face au PSG dimanche soir pourrait rapidement remettre de l'huile sur le feu.