Profiter et prendre du plaisir : tels sont les mots d'ordre de Solène Jambaqué qui participe à ces derniers Jeux. A 26 ans, la skieuse de Peyragudes s'envole le 3 mars pour participer aux Jeux Paralympiques de Sotchi (du 7 au 16 mars à suivre sur France 4).

"Je vise l'or en descente et j'espère faire quelque chose en Super G et en géant", déclare la jeune femme qui a décroché six médailles aux Jeux de Turin (2006) et de Vancouver (2010).

Course contre la montre

Un vœu pieu qui tient du miracle tant son engagement aux Jeux d'hiver était suspendu à l'état de santé de son genou droit. "Je me suis blessé au ménisque il y a un mois. Après l'opération, j'ai enchaîné avec une période de rééducation à Capbreton", confie Solène qui doit reprendre l'entraînement d'ici quelques jours.

Cette course réussie contre la montre devrait lui permettre de s'aligner sur la descente olympique le 8 mars prochain. Obligée de courir avec une attelle au genou droit, la skieuse garde le moral et espère clôturer en beauté ses onze ans passés en équipe de France.

L'exemple de Pierre Vaultier

"C'est un pari un peu fou mais je vais à Sotchi avec un gros mental. Quand je vois Pierre Vaultier être médaillé olympique alors qu'il n'a plus de ligaments croisés, cela me donne encore plus d'envie", explique la licenciée du Ski Club de Peyragudes.

La perspective d'une nouvelle vie (Solène Jambaqué veut ouvrir son propre cabinet de kinésithérapie à Luchon) lui permet de relativiser cette période un peu compliquée. Concentrée, la jeune femme souhaite malgré tout prendre un peu de temps à Sotchi pour assister à un match de hockey-sur-glace ou aux épreuves de biathlon entre deux courses !