Le buraliste de Lavaur comparaîtra devant les assises. La chambre d'instruction de Toulouse n'a pas accordé au commerçant tarnais le bénéfice de la légitime défense.

Luc Fournié, poursuivi pour meurtre et tentative de meurtre, avait abattu d'un coup de fusil un jeune de 17 ans le 14 décembre 2009, vers 2 heures du matin, alors que ce dernier s'était introduit avec un complice par effraction en pleine nuit dans le bar-tabac.

Des mesures d'auto-défense

Selon l'avocat de la famille du cambrioleur, la légitime défense ne pouvait être invoquée : l'accusé, qui avait constaté que les barreaux d'une fenêtre de son commerce avaient été sciés quelques jours auparavant, avait pris des mesures d'auto-défense.

Il dormait depuis quelques jours dans son commerce et, par précaution, avait tendu un fil entre deux chaises dans le passage allant au bar. La nuit du drame, le buraliste avait entendu du bruit, s'était emparé de son fusil et terrorisé selon son avocat, avait ouvert le feu.

Un non-lieu impossible

"Il me paraissait impossible, juridiquement et matériellement, de faire bénéficier Luc Fournié d'un non-lieu parce que ce serait consacrer un véritable permis de tuer", a réagi Me Simon Cohen, avocat de la famille de Jonathan Lavignasse.

Du côté de la défense, Me Georges Cathala a déploré la décision de la cour d'appel et jugé que le dossier était "un cas d'école de légitime défense". L'avocat n'avait pas l'intention de se pourvoir en cassation. Le commerçant sera jugé à Albi à une date encore indéterminée.