En 2007, 47 500 plaintes ont été enregistrées pour violences envers les femmes, soit 6 558 de plus qu’en 2006, selon une enquête de l’Observatoire national de la délinquance (OND). Cela représente un quart des violences déclarées aux services de police et de gendarmerie. Selon l’OND, l’augmentation de ce phénomène s’inscrit dans un contexte de hausse de l’ensemble des faits constatés de violences volontaires sur personnes de 15 ans et plus.

Seulement 20% de plaintes
Malgré ces données, qui tendent à prouver que les victimes de violences conjugales sont plus nombreuses à porter plainte, combien demeurent silencieuses ? “Il faut garder à l’esprit que ces chiffres ne concernent que la violence connue”, commente Christophe Soullez, criminologue et chef de département à l’OND.

Concernant les violences conjugales, nous atteignons un taux de plaintes de l’ordre de 20% seulement.” Le rapport pointe des inégalités territoriales. Au niveau national, la moyenne est de 18,7 faits pour 10 000 fem­mes majeures, mais certains département dépassent les 50 faits.

Le 93 en exemple
C’est notamment le cas de la Seine-Saint-Denis, qui a multiplié les campagnes de sensibilisation. “Ici, les femmes sont mieux entendues, réagissait hier Ernes­tine Ronai, responsable de l’observatoire départemental des violences faites aux femmes du 93. Nous sommes le seul département en France à avoir un observatoire. A cela s’ajoute une politique pénale très réactive dans ce domaine-ci, et des consignes données aux forces de l’ordre quant à la prise en compte de ces violences.”

> Toute l'actualité en France sur metrofrance.com