Pour les opposants au travail le dimanche, c'est du pain bénit. En plein débat sur une modification de la loi, notamment pour favoriser le volontariat, l'hypermarché Géant Casino de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) vient de mettre à pied trois jours l'un de ses vendeurs. Motif : son refus de travailler le dimanche 14 décembre. Le mis en cause avait pourtant fait savoir, un mois avant, qu'il n'était pas volontaire: "Pendant 7 ans, j'ai fait tous les dimanche. Désormais, j'ai quelqu'un dans ma vie et j'ai envie de lui consacrer plus de temps" explique Loïc Le Brouster. Le directeur du magasin, Joël Mouquet, lui a fait part de son point de vue par courrier : "Je vous avais rappelé qu'afin de satisfaire notre clientèle en cette période, nous devions mettre en place les structures nécessaires ; que dans la mesure du possible votre demande serait respectée mais que dans un souci d'équité il était possible que vous soyez amené à travailler".

Vaste fumisterie

Pour la CFDT, la "bourde" de la direction est patente : "Cette mise à pied, motivée par écrit, est une grande première. Nous allons porter l'affaire aux prud'hommes. Cela confirme ce que l'on a toujours dit : le travail du dimanche basé sur le volontariat est une vaste fumisterie. On voit bien les tentatives de passage en force de certains patrons, comme dans le dossier Plan-de-Campagne" affirme Jean-Marc Cavagnara, secrétaire départemental de la CFDT.

Plan-de-Campagne est la grande zone commerciale proche de Marseille, au cœur de la bataille entre syndicats et organisations patronales. Le tribunal administratif de Marseille vient à nouveau d'annuler les arrêtés préfectoraux qui autorisent l'ouverture des magasins de la zone le dimanche. Décision sans effet puisque la grande majorité des enseignes de Plan-de-Campagne passent outre.